Découvrir

Les trois portes des remparts

Description :

Portes de ville percées dans les remparts au cours des siècles : porte Saint Jean percée au XIII° (vantaux en bois garnis de clous datant de 1561 classé à l'inventaire de la DRAC), porte de la Colle percée aussi surement au XIII parce qu'elle préente la même configuration que celle de Saint Jean, et enfin porte Mazarine percée en 1657 en hommage au Cardinal Mazarin qui avait donné l'autorisation de cette ouverture. Vous retrouvez ces 3 portes sur le blason du village.

LA PORTE SAINT-JEAN
Traverser la route et en face vous apercevrez cette porte de remparts. C’était au Moyen-Age l’accès principal du village. Elle était, anciennement munie d’une herse et l’on peut admirer encore ses deux vantaux ornés d’un nombre considérable de vieux clous dont certains portent encore des sigles du XIII° siècle. Cette porte, sur laquelle est apposée une plaque datant de 1561, est inscrite à l’Inventaire des Monuments Historiques. En face se trouve une maison avec un étal de pierre (une échoppe pour disposer les marchandises à la vente) ; à droite, à l’angle des rues A. Charlois et du Greffe, admirons la façade d’une maison du XVI° avec plusieurs modillons (ornements en saillie sous une corniche) et des fenêtres à croisillons.

LA PORTE MAZARINE
Lorsque vous êtes face à la porte Saint Jean, vous poursuivez la balade en longeant la rue principale du côté droit. La Porte Mazarine fut ainsi nommée en hommage au Cardinal Mazarin, Abbé de l’Abbaye de St Victor de Marseille qui permit la percée des remparts en 1657. Aux abords de cette porte, la maison à droite aurait logé Charles IX, raconte-t -on ! accompagné de plusieurs personnes de la Cour, de la Reine Mère Catherine de Médicis et du jeune Henri (futur Henri III) lors de leur passage à La Cadière le 4 novembre 1564. A gauche, en montant on trouve la place des Consuls. Sous l’administration des Comtes des Baux, comme sous celle des Abbés de St Victor, les habitants de La Cadière gardent le droit d’édicter des règlements appelés « Capitouls » et de choisir des magistrats pour administrer les affaires communales. Le 1er janvier, au cours d’une cérémonie grandiose, on procédait à l’installation de nouveaux Consuls. Après la grande messe les élus prêtaient serment entre les mains du Viguier (dans le midi de la France, juge qui rendait la justice au nom du Comte ou du roi). A droite la chapelle Ste Anne datant du XIX°.

LA PORTE DE LA COLLE

Cette porte s’ouvrait autrefois sur la colline du mot provençal « coualo » devenu aujourd’hui « la colle ». De cette porte, on peut aussi voir la mer par beau temps. Elle était à l’origine munie d’une herse (grille coulissant verticalement dans des glissières, armée de pointes à sa partie inférieure) et de gros vantaux (battants) dont il ne reste que l’emplacement des gonds. * Une variante de cet itinéraire vous fera découvrir à 100 mètres environ : la place de la Dîme. Elle tient son nom du bureau de perception de la dîme (impôt prélevant le 10ème des récoltes et de l’élevage au profit de l’Eglise).

Informations
Adresse :
La Cadière-d'Azur, France, La Cadière-d'Azur
Accès parking : oui
Visitez :               
Patrimoine :      
Coordonnées GPS : 43.167572, 5.768559 Calculer mon itinéraire